Les différentes formes d'apprentissage

Grands ou petits, nous n'apprenons pas tous de la même façon. Visuel, auditif ou kinesthésique : trois façons différentes d'être à la vie. Alors que les enseignants ne peuvent pas faire du sur mesure adapté à chaque forme d'apprentissage, nous les parents, pouvons faciliter la vie de nos enfants en adaptant notre accompagnement. Combien de fois vous êtes vous entendus dire, voire crier : "c'est la troisième fois que je t'explique et que tu ne comprends toujours rien, tu es bête ou quoi ?"... Et oui, personne n'est à l'abri de cette phrase qui sape le moral des parents et des enfants. J'ai appris à me taire lorsque ce genre de pensée me venait et à réfléchir sur une explication plus adaptée à l'intelligence de mes enfants. 

En une séance, je vous propose de vous aider à diagnostiquer comment vous ou votre enfant apprenez, afin d'employer la méthode adaptée et de sortir de la frustration et du manque d'estime de soi : "je ne comprends rien, je suis nul(le)" ou "c'est trop dur, je n'y arriverai jamais"...  

A l'école ou ailleurs ce n'est pas uniquement la dose de travail qui est importante mais l'adaptation à notre façon de travailler. Faire plus de la même chose, qui ne fonctionne pas, est idiot. Imaginons que je sois végétarienne et mon compagnon carnivore. S'il me reproche qu'il n'y a rien à manger, devant mon buffet végétarien... Il veut dire qu'il n'y a pas de viande à manger... Si je prends bien note de sa réflexion et que, pour le contenter, je m'empresse d'ajouter une énorme salade verte...  Cela ne va pas calmer sa faim de viande... Je ne vais pas prendre soin du besoin qu'il exprime. Je vais nourrir sa frustration et créer une sensation de "nous ne nous comprenons pas, pourtant nous parlons".  Et oui, si je ne prends pas en considération le fonds du problème, me concentrant uniquement sur la forme, je ne suis pas dans la communication mais je vis deux monologues.

Une autre anecdote : mon enfant a mal au ventre ce matin. Il me dit qu'il a peur du contrôle de maths. Pour le rassurer, je lui réponds "n'aie pas peur, ça va bien se passer !"  Quel dialogue de sourd : il me parle de sa peur, je la nie. Je lui dis que ça va bien se passer et je ne suis pas voyante...  Comme il serait juste et bon de dire : "qu'est ce qui te fait peur exactement ?" ou "tu n'as pas compris quelque chose ?"...  Là mon enfant se sent accueilli dans ce qu'il vit et accompagné dans ses doutes. Communiquer, c'est avant tout écouter la réponse de l'autre et non pas MA réponse sur ce qui vient d'être dit.

Bien souvent, nous passons notre temps à remonter le moral des autres sans prendre soin de leur besoin de fonds... Le fameux "t'inquiète pas" est très inquiétant pour un anxieux !

Malheureusement, dans de nombreux domaines de notre vie, au lieu de nous poser la question : "est-ce que mon action est adaptée à la situation, à ma façon d'être ? est-ce que je suis à ma place ? " Nous allons, "parce qu'il ne faut pas baisser les bras" ou que "de toutes façons, on n'a pas le choix", nous obliger à en faire plus... renforçant notre manque d'estime de nous en constatant que ça ne marche pas... 

 

En bref : une séance vous permettra de comprendre tout ça, de comprendre votre enfant, d'adapter votre langage à ses besoins et de l'aider à s'épanouir...  Le prix d'un déjeuner au restaurant à quatre pour permettre à votre enfant d'évoluer et de gagner en confiance en lui et en estime de lui...

Et comme il faut tout une vie pour se mettre au monde, cette consultation pourra vous aider aussi.

  • Twitter Clean
  • Facebook Clean